Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page

Onglets principaux

Accueil - Nouveau Diplôme d'université (DU) sur le droit de l’asile

Nouveau Diplôme d'université (DU) sur le droit de l’asile

Formation
Nouveau Diplôme d'université (DU) sur le droit de l’asile
Diplôme d'université Droit de l'asile
Unique en France, cette formation sera ouverte à la rentrée 2020 au centre de formation permanente (CFP)

Le nouveau diplôme d’université Droit de l’asile propose un cursus en formation continue qui permet aux personnes qui souhaitent œuvrer auprès des étrangers en demande de protection, d’acquérir une spécialisation. Elle ouvre des débouchés au sein d’acteurs de l’asile : accompagnateur juridique des étrangers, officier de protection à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), rapporteur et assesseur à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), avocat spécialisé, etc.

Les problématiques de l’asile se sont complexifiées et justifient aujourd'hui une formation spécifique, notamment en région parisienne où la demande de protection est forte et où se situe l’essentiel des acteurs institutionnels et associatifs du secteur.

À l’occasion de l’ouverture de ce diplôme, Julian FERNANDEZ, professeur de droit public, et Delphine BURRIEZ, maître de conférences de droit public, co-directeurs de la formation, présentent ce DU.

Quels sont les points forts de ce nouveau diplôme d’université Droit de l'asile - Accueil et protection des étrangers persécutés, de l’université Paris 2 Panthéon-Assas ?

Julian FERNANDEZ et Delphine BURRIEZ – De l’exil à l’asile, ce diplôme est le premier en France à appréhender, de manière spécifique, l’ensemble des problématiques attachées à l’accueil et la protection des étrangers persécutés. Pensée dans le cadre d’un projet soutenu par l’Agence nationale pour la recherche (ANR), cette formation accueillera un panel unique d’intervenants : professionnels représentants du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) ou de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), avocats spécialisés en droit des étrangers, médecins, accompagnateurs sociaux et universitaires de tous horizons qui travaillent sur l’asile. Les différents modules proposés permettront d’acquérir une précieuse expertise sur les dispositifs existants, la spécificité de la prise en charge des étrangers vulnérables, les différentes aides auxquelles ils peuvent prétendre, les critères qui gouvernent la reconnaissance d’une protection internationale, le contenu de celle-ci, les conditions auxquelles elle peut cesser, le statut et le devenir des protégés.

À qui s’adresse cette formation ?

Julian FERNANDEZ et Delphine BURRIEZ – À tous ceux désireux de se former spécifiquement au droit de l’asile ! Avocats, membres du secteur associatif, personnels administratifs (préfecture, Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), etc.), citoyens intéressés, mais aussi étudiants qui souhaitent compléter leur formation initiale. Le diplôme d’université (DU) est ainsi parfaitement complémentaire à certains Masters proposés en droit de l’homme, en droit humanitaire ou en relations internationales.

Quels en sont les débouchés ?

Julian FERNANDEZ et Delphine BURRIEZ – Le diplôme permet l’acquisition d’une formation solide et pratique au droit de l’asile, qui devient pertinente dans un grand nombre de professions. Il ouvre plus spécifiquement la voie aux carrières liées à la présence, sur le territoire, d’étrangers en demande de protection : accompagnants juridiques, intervenants sociaux, officiers de protection de l’OFPRA, juge assesseur de la CNDA, conseils, etc.

Comment peut-on déposer sa candidature ?

Julian FERNANDEZ et Delphine BURRIEZ – Les candidatures, comprenant un CV et une lettre de motivation, sont à envoyer au Centre de formation permanente. L’admission du diplôme se fait après examen du dossier de candidature et, le cas échéant, après entretien. Le DU est ouvert à des profils différents, il n’est donc pas nécessaire d’avoir une formation de juriste.

> Voir le diplôme